Communiqués de presse

Partager email Courriel
Imprimer

Communiqués de presse

La tension artérielle à la limite supérieure de la normale, nouvelle zone de risques

La tension artérielle à la limite supérieure de la normale, nouvelle zone de risques cardiaques pour les canadiens et les canadiennes

TORONTO ─ Les nouvelles Lignes directrices canadiennes en matière de tension artérielle publiées aujourd’hui mettent en garde environ un million de Canadiens et de Canadiennes dont la tension artérielle se situe à la limite supérieure de la normale, qu’ils souffriront d’hypertension artérielle d’ici les quatre prochaines années, ce qui fera augmenter leurs risques de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral (AVC), à moins qu’ils reçoivent un diagnostic et un traitement appropriés.

Les nouvelles lignes directrices, développées et mises à jour annuellement par le Programme canadien d’éducation sur l’hypertension (PCEH) en association avec la Fondation des maladies du cœur et d’autres organismes, lance un signal d’alarme aux professionnels de la santé qui traitent des patients touchés par ce problème.

« Pour la première fois, nous accordons de l’importance à la tension artérielle normale élevée, dit Dr George Honos, porte-parole de la Fondation des maladies du cœur. Nous croyons que les médecins de famille comprennent maintenant les seuils de diagnostic de l’hypertension artérielle. Notre objectif maintenant est d’empêcher l’hypertension artérielle de se manifester. C’est un grand pas en avant.

Présentement, plus de 2,5 millions de Canadiens et de Canadiennes affichent une tension artérielle normale élevée. Une tension artérielle normale élevée se situe entre 130/85 et 139/89 mm Hg. Elle n’est pas suffisamment élevée pour nécessiter un traitement médicamenteux chez les personnes non diabétiques ou sans maladie rénale.

Hypertension artérielle

Supérieure à 140/90 mm Hg
(mesurée par le médecin)

 

Supérieure à 135/85 mm Hg
(mesurée à la maison)

Tension artérielle normale élevée

130-139/85-89 mm Hg

Tension artérielle normale

120/80 mm Hg

« Il est temps que les médecins passent à l’étape suivante qui consiste à reconnaître les risques associés à la tension artérielle normale élevée et à la traiter avant qu’elle ne se transforme en hypertension artérielle, principal facteur de risque associé aux AVC et important facteur de risque associé aux maladies du cœur, dit Dr Honos. Les personnes dont la tension artérielle se situe au sommet de la normale courent deux fois plus de risques de maladies du cœur et d’AVC que celles dont la tension artérielle est normale. »

La tension artérielle normale élevée est un signal indiquant que le patient se dirige vers une dépendance chronique aux médicaments, qui peuvent s’avérer coûteux et occasionner des effets secondaires. Heureusement, on peut réduire sa tension artérielle, lorsque celle-ci est à la limite supérieure de la normale, à un niveau plus sécuritaire et ce, en modifiant son mode de vie. Dr Honos explique qu’en prenant les précautions nécessaires, ont peut retarder chez certaines personnes l’apparition de l’hypertension artérielle de plusieurs années, voire des décennies.

La Fondation des maladies du cœur recommande de faire davantage d’activité physique, de choisir des aliments plus sains, d’éviter la fumée, d’atteindre et de conserver un poids sain, de réduire sa consommation de sel et d’alcool et de gérer son stress comme moyens de réduire sa tension artérielle.

« Les modifications du mode de vie peuvent s’avérer aussi efficaces que les médicaments pour réduire la tension artérielle, déclare Dr Honos. En dépistant la tension artérielle normale élevée et en aidant les patients à la traiter, les médecins de famille identifieront des facteurs de risque qui n’auraient jamais été détectés autrement, et ce, afin de les traiter. »

Les lignes directrices suggèrent qu’il peut être difficile d’amener les patients à adopter pour de bon les modifications apportées à leur mode de vie. Les médecins devraient informer les patients et leur famille au sujet de l’hypertension artérielle et songer à prescrire des modifications au mode de vie ainsi qu’un suivi à intervalles réguliers auprès des patients, afin de s’assurer qu’ils respectent ces changements et que leur tension artérielle baisse. Les patients dont la tension artérielle est dans la tranche normale supérieure devraient la faire vérifier une fois l’an par leur médecin.

« Si le médecin insiste sur l’importance de la prévention en prévoyant une visite de suivi, le patient sera plus porté à accepter les changements et à s’y conformer », affirme Dr Honos.

Les patients diagnostiqués avec une tension artérielle normale élevée devraient surveiller leur tension artérielle à domicile, noter leurs progrès et rechutes, et respecter les changements de mode de vie proposés.

Selon la Fondation des maladies du cœur, cinq millions de Canadiens et de Canadiennes souffrent d’hypertension artérielle. Étant donné l’augmentation des taux d’obésité et du vieillissement de la population, le nombre de Canadiens et de Canadiennes souffrant d’hypertension artérielle continuera à grimper à moins qu’on agisse et que l’on y mette un terme.

Le Plan d’action de tension artérielleMD de la Fondation des maladies du cœur propose des stratégies réalistes et du soutien afin d’aider à prévenir et à contrôler l’hypertension artérielle. Les Canadiens et les Canadiennes peuvent obtenir une évaluation gratuite et confidentielle de leurs risques ainsi qu’un plan d’action en visitant le www.fmcoeur.ca/ta.

Organisme bénévole, la Fondation des maladies du cœur mène la lutte vers l’élimination des maladies du cœur et des accidents vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à l’avancement de la recherche et à sa mise en application, à la promotion de modes de vie sains, et à la représentation auprès des gouvernements.

Renseignements :
Isabelle Marquis
Fondation des maladies du cœur du Québec
(514) 871-8038, poste 232

Jane-Diane Fraser
Fondation des maladies du cœur du Canada
(613) 569-4361, poste 273



comments powered by Disqus