Communiqués de presse

Partager email Courriel
Imprimer

Communiqués de presse

Les services spécialisés en AVC épargnent des vies et des millions en frais d’hôpital

Les services spécialisés en AVC épargnent des vies et des millions en frais d’hôpital

OTTAWA, le 19 novembre 2008. — Le système de santé au Canada pourrait épargner jusqu’à 240 millions de dollars par année en coûts d’hospitalisation si tous les patients victimes d’un AVC étaient pris en charge dans des « services spécialisés en AVC », telle est la conclusion d’une étude réalisée à Calgary, publiée dans le numéro de la revue Stroke qui vient de paraître.

L’étude démontre que la durée moyenne du séjour à l’hôpital dans un service spécialisé est de 15 jours, alors qu’elle est de 19 jours dans un service de soins généraux. Dans un service spécialisé en AVC, les patients sont soignés par une équipe expérimentée qui a reçu une formation spécifique du domaine.

La durée réduite du séjour à l’hôpital se traduit par des économies de l’ordre de 240 millions de dollars par année, en se basant sur le nombre annuel d’AVC cliniques qui s’élève à 50 000 actuellement au Canada.

« L’importance de cette découverte tient au fait que la longueur du séjour est un des principaux déterminants du coût des soins aux patients hospitalisés », dit le Dr Michael Hill, un des auteurs de l’étude et chef du Programme de l’AVC de Calgary.

L’étude confirme aussi une constatation que l’on avait faite déjà lors de recherches antérieures c’est-à-dire que les services spécialisés en AVC réduisent le taux de mortalité d’environ cinq pour cent.

La création de tels services dans les hôpitaux est une des recommandations de la Stratégie canadienne de l’AVC une initiative pancanadienne lancée par le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires et la Fondation des maladies du cœur du Canada. La stratégie vise à réorganiser et à améliorer les soins de l’AVC à l’échelle du pays.

Selon le directeur scientifique du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires le Dr Antoine Hakim, les résultats obtenus à Calgary « justifient amplement le besoin d’organiser les soins de l’AVC dans toutes les provinces afin de sauver des vies et de réduire les handicaps, mais aussi de réduire les coûts liés aux soins de santé ».

« Si nous adoptons des thérapies et des pratiques éprouvées dans chaque province et territoire les épargnes en termes de vies et de dollars seront considérables », affirme Sally Brown, chef de la direction de la Fondation des maladies du coeur du Canada.

Dans l’étude réalisée à Calgary, les patients pris en charge dans le service de neurologie et de médecine générale avant 2001 étaient comparés avec un nombre égal de patients soignés dans un service spécialisé en soins de l’AVC de 2003 à 2005.

« À un coût d’hospitalisation de 1 200 dollars par jour et comptant 1 000 patients par an, les soins en service spécialisé de l’AVC ont permis sur cinq ans de réaliser des économies estimées à 24 millions de dollars », disent les auteurs de l’étude. En extrapolant ces données au reste du Canada les économies annuelles seraient de l’ordre de 240 millions de dollars.

Les recherches du Dr Hill sont financées par la Fondation des maladies du cœur et les Instituts de recherche en santé du Canada.

Le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires compte plus de 100 éminents scientifiques et cliniciens dans 24 universités canadiennes qui travaillent en collaboration sur divers aspects de l’AVC. Le Réseau, dont le siège est à l’Université d’Ottawa, inclut également des partenaires de l’industrie, du secteur bénévole et des gouvernements fédéral et provinciaux. Le Réseau, un des Réseaux de centres d’excellence du Canada, est déterminé à réduire les répercussions physiques, sociales et économiques des AVC sur la vie de chaque Canadien et Canadienne et sur la société dans son ensemble. (www.accidentscerebrovasculaires.ca)

Organisme bénévole, la Fondation des maladies du cœur du Canada est un des principaux bailleurs de fonds pour la recherche sur les maladies du cœur et l’AVC au Canada. Sa mission est d’améliorer la santé des Canadiens en prévenant et en réduisant les handicaps et les décès dus à ces maladies en contribuant activement à l’avancement de la recherche et à sa mise en application, à la promotion de modes de vie sains, et à la représentation auprès des gouvernements. (www.fmcoeur.ca)

 



comments powered by Disqus