Partager email Courriel
Imprimer

URGENT : Subir un AVC ou un AIT augmente votre risque de récidive. Voici comment le réduire :

L’AVC est une urgence médicale. Sachez reconnaître ces signes afin d’y réagir immédiatement. Composez le 9-1-1 ou votre numéro local des services d’urgence.

FAST stroke signs

Certains traitements qui aident à réduire les effets d’un AVC ne sont efficaces que s’ils sont administrés dans des délais précis. Par exemple, un agent thrombolytique qui est indiqué chez les personnes dont l’AVC a été causé par un caillot de sang doit être administré dans les quatre heures et demie qui suivent l’apparition des symptômes. C’est la raison pour laquelle il est si important de connaître les signes de l’AVC et de composer immédiatement le 9-1-1. Ne conduisez pas, une ambulance s’assurera de vous emmener à l’hôpital le mieux adapté pour traiter l’AVC.

Si vous êtes seul à la maison, ayez un téléphone portable ou un dispositif d’alerte médicale autour du cou que vous pouvez activer en cas d’urgence.

Pour plus d'information sur les signes de l'AVC, cliquez ici.


Retourner en haut de la page

Dernière révision : avril 2016
Modifié pour la dernière fois en avril 2016

Chaque personne a un profil qui lui est propre quant aux facteurs de risque d’AVC. Si vous connaissez les vôtres, vous pouvez les gérer et réduire votre risque. Demandez à votre équipe de soins de santé de vous expliquer vos facteurs. Ensemble, vous serez à même de déterminer quelles sont les mesures que vous pouvez adopter pour améliorer votre santé.

Facteurs que vous ne pouvez pas contrôler
Facteurs que vous pouvez contrôler

Facteurs que vous ne pouvez pas contrôler

  • AVC ou AIT antérieurs;
  • Antécédents familiaux d’AVC ou d’affections des vaisseaux sanguins;
  • Âge – Le risque d’AVC augmente avec l’âge;
  • Sexe – Avant la ménopause, les femmes ont moins de risque de subir un AVC que les hommes;
  • Origine ethnique – Les membres des Premières Nations et les personnes d’origine africaine ou sud-asiatique souffrent plus fréquemment d’hypertension artérielle et de diabète. Cela se traduit par un risque de maladies du cœur et d’AVC supérieur à celui de la population générale.

Facteurs que vous pouvez contrôler

  • Régime alimentaire malsain
  • Régime à forte teneur en sel
  • Embonpoint
  • Sédentarité
  • Tabagisme
  • Consommation excessive d’alcool
  • Consommation de drogues à usage autre que thérapeutique
  • Niveau élevé de stress

Faites l'Évaluation du risque cardiovasculaire. Il s'agit d'un court questionnaire qui vous donnera un rapport personnalisé pour réduire votre risque.

Conditions médicales qui constituent des facteurs de risque

Certaines conditions médicales augmentent le risque d’AVC, que vous pouvez réduire en prenant des médicaments, en suivant des traitements ou en adoptant de saines habitudes de vie.

Hypertension artérielle
Elle fragilise souvent les parois des artères, ce qui augmente le risque d’AVC. En maintenant votre pression artérielle à un niveau plus bas que les valeurs cibles recommandées, vous réduisez approximativement de moitié votre risque d’AVC.

Apprenez à gérer l'hypertension.

Fibrillation auriculaire (FA)
Il s’agit d’une forme d’arythmie qui cause la formation de petits caillots dans le cœur, lesquels risquent de migrer vers le cerveau. Elle multiplie par trois à cinq le risque d’AVC.

Apprenez à gérer la fibrillation auriculaire.

Diabète
Cette maladie entraîne des conséquences importantes sur les vaisseaux sanguins, ce qui augmente, dans certains cas, la pression artérielle. Le diabète favorise également la formation de la plaque dans les vaisseaux sanguins.

Apprenez-en plus sur la façon de vivre avec le diabète au diabete.qc.ca/fr.

Rétrécissement des artères carotides
Un rétrécissement des grandes artères du cou fait que le sang a plus de difficulté à irriguer le cerveau.

Taux de cholestérol élevé
Il favorise la formation de la plaque sur la surface interne des artères (athérosclérose). Le sang a plus de difficulté à circuler dans l’organisme à cause de cette plaque, ce qui augmente le risque d’AVC.

Apprenez à gérer l'hypercholestérolémie.

Apnée du sommeil
Chez les personnes dont le sommeil est ponctué d’arrêts respiratoires, la quantité d’oxygène acheminée au cerveau se trouve réduite. L’apnée du sommeil a aussi pour effet d’augmenter la pression artérielle.

Contraceptifs oraux ou traitement hormonal substitutif
Les femmes qui prennent des médicaments contenant l’hormone oestrogène sont exposées à un risque accru de formation de caillots sanguins et donc d’AVC.

Apprenez-en plus sur les femmes et l'AVC.


Retourner en haut de la page

Dernière révision : avril 2016
Modifié pour la dernière fois en avril 2016

De petits changements à vos habitudes de vie permettent de réduire votre risque de subir un autre AVC. Changer ses habitudes n’est évidemment pas toujours facile. Votre équipe de soins de santé est en mesure de vous dire quels sont les facteurs de risque sur lesquels vous devriez vous concentrer en premier et quels sont les objectifs qui sont réalistes pour vous. N’essayez pas de changer toutes vos habitudes du jour au lendemain. Commencez par un changement relativement simple, puis utilisez ce premier succès comme un tremplin.

Ayez une saine alimentation

Même de petits changements dans votre régime alimentaire peuvent avoir un effet bénéfique important sur votre santé. Des repas équilibrés et des collations santé vous aident à :

  • augmenter votre apport en aliments sains;
  • réduire votre poids;
  • prévenir l’hypertension artérielle;
  • maîtriser votre taux de glycémie;
  • faire baisser votre taux de cholestérol;
  • augmenter votre niveau d’énergie.

Tous ces facteurs réduisent votre risque d’AVC. Si vous avez besoin d’aide pour adopter un mode de vie sain, consultez un diététiste-nutritionniste. Les conseils suivants vous aideront à avoir une saine alimentation :

Mangez plus de légumes et fruits
Choisissez des aliments riches en fibres
Consommez moins de sel
Choisissez les bons gras
Consommez moins de sucre ajouté
Mangez des portions raisonnables

Mangez plus de légumes et fruits
Les légumes et les fruits sont riches en vitamines, en minéraux et en fibres. Ils ont par ailleurs une faible teneur en calories, en gras et en sodium (sel). Ils aident à réduire le taux de cholestérol, à prévenir l’hypertension artérielle et à maintenir un poids sain.

Choisissez des aliments riches en fibres
Les meilleures sources de fibres sont les légumes, les fruits, les grains entiers, et les légumineuses comme les lentilles. La consommation de fibres vous aide à réduire votre taux de cholestérol, à prévenir l’hypertension et à conserver un poids sain.

Consommez moins de sel
Une réduction de votre consommation de sodium (sel) permet de diminuer votre pression artérielle et de réduire approximativement d’un tiers votre risque de maladies du cœur et d’AVC. La plus grande partie du sel consommé vient des aliments emballés et des repas de restaurant. Voici quelques conseils pour vous aider à réduire votre consommation de sel.

Privilégiez :

Évitez ou consommez avec modération :

  • Les aliments contenant moins de 200 mg de sodium par portion. Lisez les étiquettes pour connaître la teneur en sodium;

  • Les assaisonnements autres que le sel et la sauce soya pour relever le goût de vos plats. Utilisez plutôt de l’ail, du jus de citron ou des fines herbes;

  • Les noix non salées, qui constituent une meilleure collation santé que d’autres aliments à grignoter;

  • Les recettes à faible teneur en sel (140 mg par portion) lorsque vous cuisinez.

  • Les aliments transformés et emballés comme les soupes en conserve, le bacon, les cornichons et les charcuteries;

  • Les aliments prêts à la consommation et à emporter;

  • Les collations salées comme les croustilles;

  • Les aliments hautement transformés tels que les confiseries, les boissons sucrées, les viandes préparées et les aliments pour casse-croûte.

Le régime DASH permet de réduire l'hypertension artérielle. Vous trouverez un résumé de ce régime ici.

Choisissez les bons gras
Tous les gras ne sont pas identiques. Les gras saturés et les gras trans font augmenter le taux de cholestérol. L'hypercholestérolémie est un facteur de risque de maladies du cœur et d'AVC. Les gras insaturés (que l'on retrouve dans le poisson, les noix et les huiles végétales) diminuent le cholestérol sanguin. Optez pour un régime équilibré composé de légumes, de fruits, de grains entiers, de viandes maigres, de poisson ou de substituts. Évitez de manger des aliments hautement transformés.

Privilégiez :

Évitez ou consommez avec modération :

  • Les viandes maigres et beaucoup de poisson;

  • Les produits laitiers à faible teneur en matières grasses;

  • Les gras insaturés, comme l’huile d’olive, de soya, de canola et d’arachide;

  • Les aliments contenant moins de trois grammes de lipides totales et moins de deux grammes de gras saturés par portion. Lisez les étiquettes afin de vérifier la quantité de ces deux types de gras.

  • Les aliments frits;

  • Les aliments contenant des gras saturés et trans;

  • Le ghee (beurre clarifié) et le beurre;

  • Les aliments hautement transformés.

Consommez moins de sucre ajouté
Le sucre ajouté fournit de l’énergie sous forme de calories, mais n’a aucun autre avantage nutritionnel. Lorsque nous n’avons pas besoin de ces calories, nous les emmagasinons sous forme de graisse. Les recommandations en matière de saine alimentation ne précisent pas la quantité de sucre qu’il convient de consommer. Il est certain cependant que vous conserverez un poids sain si vous réduisez votre consommation de sucre.

Privilégiez :

Évitez ou consommez avec modération :

  • L’eau ou le thé non sucré;

  • Les aliments moins sucrés. Vérifiez la quantité de sucre sur les étiquettes. Une cuillère à thé correspond à quatre grammes de sucre.

  • Les gâteaux et pâtisseries;

  • Les boissons sucrées, y compris les boissons gazeuses, les jus de fruits et les eaux aromatisées.

 

Mangez des portions raisonnables
Mesurer vos portions est toujours une bonne idée, que vous soyez à la maison ou au restaurant.

Laissez vos mains vous aider à mesurer des portions saines.


  • À la maison, utilisez des assiettes, des bols et des tasses plus petits que d’habitude.
  • Remplissez la moitié de votre assiette de légumes (excluant les pommes de terre). Remplissez un quart de l’assiette de grains entiers comme du riz brun ou des pâtes à grains entiers. Le dernier quart de l’assiette est réservé à la viande et aux substituts, comme les haricots, le tofu ou le fromage faible en gras.

  • Évitez de vous servir des portions exagérées et de vous resservir.
  • Au restaurant, il est possible de commander une entrée seulement. Sinon, vous pouvez aussi demander une petite portion ou rapporter les restes à la maison.

Essayez de nouvelles recettes
Pour des recettes santé, consultez fmcoeur.ca/recettes.

Ayez un mode de vie actif

Prendre l’habitude de faire au moins 150 minutes d’activité physique par semaine est une excellente manière de conserver un poids sain, de réduire la pression artérielle, de baisser le taux de cholestérol ainsi que de gérer le diabète et le stress. C’est également une habitude qui réduit de 30 % le risque de maladies du cœur et d’AVC.

Demandez à votre équipe de soins de santé de vous présenter les bonnes façons de faire de l’activité physique selon votre situation particulière. Elle tiendra compte de vos capacités, de votre état de santé et de vos préférences en la matière. Elle vous aidera à concevoir un plan aussi agréable que sécuritaire. Informez-vous s’il existe des programmes près de chez vous qui correspondent à vos besoins et à vos capacités.

Quel que soit votre état de santé, il existe toujours une façon de demeurer actif. Le yoga ou le tai-chi sont peut-être pour vous. Ou peut-être qu’il serait agréable pour vous de faire des promenades plus souvent. Certaines activités conviennent aussi à une personne assise ou au lit.

Commencez par des séances de dix à quinze minutes. Augmentez ensuite peu à peu la durée, la fréquence et l’intensité de ces séances en fonction de vos progrès. Vous atteindrez, après un certain temps, l’objectif recommandé d’un total de 150 minutes par semaine.

Cessez de fumer

Le tabagisme et l’exposition à la fumée secondaire augmentent le risque d’AVC. Vingt minutes après votre dernière cigarette, votre pression artérielle et votre fréquence cardiaque ont déjà baissé à des niveaux sains, réduisant ainsi votre risque. Cesser de fumer réduit la quantité de plaque dans vos vaisseaux sanguins.

Il s’agit de l’une des manières les plus efficaces de réduire votre risque de récidive d'AVC. Vous avez peut-être l’impression que cesser de fumer représente un défi trop difficile, mais il y a de nombreuses ressources pour vous aider lorsque vous vous sentirez prêt. Voici quelques conseils pour commencer :

  • Pensez aux avantages et aux inconvénients de renoncer au tabac. Essayez d’imaginer à quel point vous vous sentirez mieux et quelle fierté vous ressentirez en cessant de fumer.
  • Comprenez votre habitude de fumer. Elle est aussi bien psychologique que physique. Quels sont les éléments déclencheurs qui vous donnent envie de fumer?
  • Préparez un plan de cessation tabagique. Votre équipe de soins de santé est en mesure de vous recommander des programmes si vous avez besoin d’aide dans ce domaine. Composez le 1-866-366-3667 pour parler de cessation tabagique avec quelqu’un. Il existe de nombreux dépliants et programmes en ligne pour vous aider.
  • Votre équipe de soins de santé peut vous proposer des traitements substitutifs, telle la thérapie de remplacement de la nicotine.
  • Profitez du soutien de votre famille et de vos amis.

Réduisez votre consommation d’alcool

Une consommation excessive d’alcool et les beuveries sont des facteurs de risque d’hypertension artérielle et d’AVC. L’alcool présente aussi l’inconvénient d’interagir avec vos médicaments.

Respectez les lignes directrices suivantes en ce qui a trait à une consommation modérée :

  • Pour les femmes, pas plus de deux consommations par jour la plupart des jours, pour un maximum de dix par semaine.
  • Pour les hommes, pas plus de trois consommations par jour la plupart des jours, pour un maximum de quinze par semaine.
  • Tenez toujours compte de votre âge, de votre poids et de votre état de santé, qui pourraient justifier une baisse de ces recommandations.

Connaissez vos habitudes de consommation d’alcool. Prévoyez des journées sans alcool chaque semaine. Faites le suivi de la quantité que vous consommez dans une journée.

Au besoin, demandez à votre équipe de soins de santé de vous recommander un programme visant à gérer les problèmes de consommation excessive d’alcool.

Cessez de consommer des drogues à usage récréatif

La consommation de drogues à usage autre que thérapeutique augmente le risque de récidive d'AVC. Demandez à votre équipe de soins de santé de vous recommander des programmes offerts près de chez vous qui pourraient vous aider à vous défaire de cette habitude.

Gérez votre stress

Nous savons que les personnes qui ont un niveau élevé de stress élevé ou un stress prolongé ressentent des taux de cholestérol ou de pression artérielle élevés. Ils risquent également davantage de souffrir d’un épaississement des artères (athérosclérose), un facteur de risque d’AVC.

Voici quelques conseils pour lutter contre le stress :

  • Demandez-vous ce qui cause votre stress. Si vous connaissez la réponse, pouvez-vous éliminer cet élément stressant? À défaut d’une élimination totale, y aurait-il une façon de l’atténuer?
  • Parlez-en à votre famille, vos amis et votre équipe de soins de santé.
  • Trouvez des activités qui favorisent la détente, comme écouter de la musique, lire, se promener ou méditer.

Vous trouverez plus d'information sur la gestion du stress ici.


Retourner en haut de la page

Dernière révision : avril 2016
Modifié pour la dernière fois en avril 2016

Le secret, lorsqu’il s’agit d’apporter des changements à son mode de vie, est d’adopter de saines habitudes qui deviennent des automatismes. Le changement doit devenir une habitude quotidienne qui n’exige aucune réflexion, comme vous brosser les dents. Les sept conseils suivants vous aideront à bien préparer un tel changement.

1. Fixez-vous un objectif

Votre équipe de soins de santé est en mesure de vous recommander des modifications à vos habitudes de vie, lesquelles auront une incidence importante sur votre état de santé et permettront de réduire votre risque de récidive d'AVC. Assurez-vous qu’il s’agit d’un changement par rapport auquel vous vous sentez d’attaque, c’est-à-dire qui est à votre portée.

Choisissez un objectif que vous serez en mesure d’atteindre relativement rapidement. Par exemple, « tous les jours, je vais faire le tour du pâté de maisons en marchant ». Choisissez un objectif à la fois précis et réalisable. Mettez toutes les chances de votre côté!

Votre objectif doit également être mesurable, de manière à ce que vous soyez en mesure de déterminer clairement si vous l’avez atteint ou non. Par exemple, « je vais manger sept portions de légumes et fruits tous les jours », plutôt que « je vais essayer de manger plus de légumes et fruits ».

2. Pensez aux moyens d’atteindre votre objectif

Avoir un plan de match qui précise les moyens d’atteindre votre objectif est un des principaux facteurs de succès. Demandez-vous, « que dois-je faire pour atteindre mon objectif? ».

Préparez un plan qui précise toutes les étapes. Par exemple, si votre objectif consiste à manger sept portions de légumes et fruits par jour, vous pouvez distinguer les étapes suivantes :

Combien de portions est-ce que je mange actuellement?
Je mange quatre portions par jour. Il me faut donc manger trois portions de plus pour atteindre mon objectif.

Voici des idées pour ajouter des portions au total quotidien :

  • Manger une salade au dîner.
  • Préparer un frappé aux fruits comme collation.
  • Ajouter une portion de légumes cuits à la vapeur, pour un total de deux, au souper.
  • Faire une soupe aux légumes pour le dîner.
  • Manger un fruit comme collation d’après-midi.
  • Manger un fruit tous les matins au déjeuner.
  • Choisir un sauté de légumes au restaurant.

Que dois-je faire pour réussir à adopter ce régime alimentaire?

  • Planifier mes repas de la semaine.
  • Aller à l’épicerie avec une liste de légumes et fruits pour m’y procurer les aliments de ces portions supplémentaires.
  • Laver et couper à l’avance les légumes et fruits dont j’aurai besoin.
  • Faire le suivi de la quantité de légumes et fruits que je mange chaque jour.

3. Prévoyez les obstacles

Pensez d’avance aux difficultés qui risquent de surgir. Ayez un plan pour les surmonter. Par exemple, si un rendez-vous médical vous oblige à renoncer à votre promenade du matin, prévoyez une promenade après le dîner ou le souper.

4. Obtenez le soutien de votre entourage

Demandez à votre famille et à vos amis de vous épauler. Si vous vivez avec quelqu’un, demandez-lui d’adopter également votre nouvelle habitude. Voici des conseils supplémentaires pour obtenir le soutien de votre entourage :

  • Demandez à un membre de la famille, un ami ou un voisin de vous accompagner dans vos promenades.
  • Demandez à quelqu’un de vous aider à couper les légumes et fruits.
  • Si une autre personne que vous fait les achats d’épicerie, demandez-lui d’acheter uniquement des collations saines.
  • Demandez des renseignements et de l’encadrement à votre équipe de soins de santé. Par exemple, votre physiothérapeute est en mesure de vous recommander des programmes sécuritaires d’activité physique, alors que votre diététiste-nutritionniste peut vous conseiller en ce qui a trait aux aliments sains.

5. Faites le suivi de vos progrès

Plus vous faites le suivi des progrès réalisés, plus vous augmentez vos chances d’atteindre votre objectif. Prenez des notes ou tenez un journal dans lequel vous notez ce que vous faites pour atteindre votre objectif. En voici un exemple :

L’objectif est de manger tous les jours sept portions de légumes et fruits. Ce journal permet de faire le suivi de ces aliments mangés pendant la semaine.

Date

Légumes et fruits

Lundi

Déjeuner – 2
Dîner – 2
Collation – 1
Souper – 2
Total – 7

Mardi

Déjeuner – 2
Dîner – 1
Collation – 1
Souper – 2
Total – 6

Vous n’avez à faire ce suivi qu’au début de votre processus de rétablissement, jusqu’à ce que la nouvelle habitude soit bien ancrée. Il faut habituellement compter de trois à six semaines.

6. En cas d’imprévus, ne vous découragez pas!

Il est difficile de respecter un plan lorsque vous êtes fatigué ou stressé, ou que vous ne vous sentez pas bien. Les petits contretemps font partie du processus, ils ne constituent pas des échecs. N’abandonnez pas. Voici quelques conseils pour vous aider à en tirer parti :

  • Souvenez-vous des raisons pour lesquelles vous souhaitez apporter ce changement. Pensez à toute l’importance que celui-ci représente à vos yeux.
  • Considérez tout ce que vous avez accompli jusqu’à maintenant. Les êtres humains n’ont que trop tendance à se concentrer sur ce qui ne fonctionne pas. Essayez de vous féliciter comme il se doit pour les progrès que vous avez réalisés.
  • Recommencez à tenir un journal.
  • Pensez aux causes du petit contretemps. Qu’allez-vous faire si la même difficulté surgit à nouveau? Demandez de l’aide. Demandez à votre famille de vous aider à vous ressaisir.
  • Vérifiez vos objectifs une fois de plus. Sont-ils précis, réalisables et mesurables? Devez-vous les changer?
  • Serait-il profitable de modifier votre plan?

7. Félicitez-vous pour tout le travail accompli!

Chaque fois que vous avancez dans l’atteinte de votre objectif, prenez le temps de vous féliciter. Récompensez-vous selon vos préférences : passez du temps avec un ami ou regardez votre film favori.


Retourner en haut de la page

Dernière révision : avril 2016
Modifié pour la dernière fois en avril 2016

Sachez comment interpréter vos résultats

Votre équipe de soins utilise notamment des données chiffrées dans le suivi de votre état de santé, par exemple des mesures de pression artérielle ou des analyses sanguines. Apprenez comment en interpréter les résultats. Demandez à votre équipe de vous expliquer les valeurs cibles qui sont appropriées pour vous. Comparez-les à vos résultats actuels et faites le suivi de vos progrès.

Prenez vos médicaments comme ils sont prescrits

Bien organiser votre prise de médicaments vous aide à éviter un deuxième AVC.

  • Prenez les médicaments prescrits jusqu’à ce que votre médecin vous dise d’arrêter. Si vous devez cesser de prendre un médicament pour d’autres raisons, informez-en votre médecin ou votre infirmier praticien immédiatement.
  • Inscrivez dans votre calendrier la date à laquelle votre ordonnance expire. Assurez-vous de prévoir un rendez-vous de renouvellement d’ordonnance avant cette date.
  • Informez votre médecin de tous les médicaments que vous prenez. Vous devez inclure dans la liste les médicaments sur ordonnance, les médicaments en vente libre et les produits de santé naturels.
  • Demandez toujours l’avis de votre pharmacien lorsque vous achetez un médicament en vente libre, pour vous assurer qu’il est compatible avec vos autres médicaments.
  • Conservez une liste complète des médicaments que vous prenez. Indiquez la quantité et la fréquence quotidienne de prise. Placez cette liste à un endroit facile à trouver, au cas où votre famille ou des services d’urgence en auraient besoin.

Conseils pour la bonne organisation de vos médicaments

  • Procurez-vous un pilulier et remplissez-le chaque semaine.
  • Votre pharmacien peut aussi préparer tous vos médicaments et les placer dans une plaquette d'alvéoles. Cette solution ne convient à vos besoins que si vous avez la capacité d’ouvrir vous-même les alvéoles.
  • Prenez vos médicaments à la même heure tous les jours.
  • Utilisez des rappels visuels. Par exemple, mettez les médicaments à un endroit que vous avez souvent sous les yeux, comme le comptoir de cuisine, ou collez une petite note de rappel sur le miroir de la salle de bain.
  • Si vous prévoyez une sortie, assurez-vous d'emporter vos médicaments.

Communiquez fréquemment avec votre équipe de soins

Prévoyez des rendez-vous avec votre médecin ou infirmier praticien selon un calendrier établi. Parlez-leur de tout changement à votre état de santé. Posez des questions. N’oubliez pas de demander les renouvellements d’ordonnance dont vous avez besoin.


Retourner en haut de la page

Dernière révision : avril 2016
Modifié pour la dernière fois en avril 2016