Partager email Courriel
Imprimer

Traitements d’AVC

Au cours des dernières années, de nouvelles percées importantes ont été effectuées en matière de traitement d’accident vasculaire cérébral (AVC), mais, pour être efficaces, ces nouveaux traitements doivent être entrepris moins de quelques heures après l’apparition des symptômes. C’est pourquoi, il est si important de savoir reconnaître les signes avant-coureurs d’un AVC dès leur apparition et de composer le 9-1-1 ou le numéro d’urgence local pour obtenir de l’aide immédiatement.

Il existe trois principaux traitements d’urgence en cas d’AVC. Le traitement que vous recevrez dépendra du type d’AVC auquel vous avez affaires, de votre âge et de votre état général de santé et du délai écoulé avant votre arrivée à l’hôpital. Peu importe le traitement qui vous sera administré, rappelez-vous que les choix de modes de vie sains que vous aurez adoptés afin de réduire vos facteurs de risque sont un élément important de votre traitement et de votre rétablissement.

t-PA (activateur de plasminogène tissulaire)

Les médicaments thrombolytiques comme le t-PA sont souvent appelés « destructeurs de caillots ». Le t-PA est un médicament qui peut interrompre un AVC causé par un caillot sanguin en dissolvant le caillot. Le mot « t-PA » est l’abréviation de « tissue plasminogen activator » ou « activateur de plasminogène tissulaire » et ce médicament ne peut être utilisé que chez les patients en proie à un AVC causé par un caillot sanguin (AVC ischémique) et doit être administré moins de trois heures après l’apparition des symptômes. Mais dans certains cas, le t-PA ne peut être utilisé et il faut avoir recours à d’autres médicaments.

Interventions chirurgicales

Chez certains patients, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire pour réparer les dommages causés par un AVC ou pour empêcher un AVC de se produire. La chirurgie peut être effectuée afin de retirer le sang accumulé dans le cerveau après un AVC hémorragique, de réparer des vaisseaux sanguins endommagés ou de retirer la plaque logée à l’intérieur des artères carotides.

Interventions non chirurgicales

Certaines personnes peuvent bénéficier de traitements administrés à l’aide d’un long tube étroit et souple appelé cathéter qu’on enfile dans les vaisseaux sanguins ou dans le cerveau. Plusieurs de ces interventions sont nouvelles et expérimentales et tous les hôpitaux ne sont pas forcément en mesure de les pratiquer. On développe présentement des interventions par cathéter destinées à retirer les dépôts de plaque des artères et à traiter les anévrismes (des points faibles dans la paroi des artères qui peuvent gonfler et se rompre).

Dernière révision en août 2008.