Imprimer

Cardiomyopathie

Le mot cardiomyopathie signifie « maladie du muscle cardiaque ». Cette maladie touche le muscle du cœur et réduit ainsi sa capacité de pomper le sang vers le reste de l’organisme.

Types
Symptômes
Diagnostic
Traitement

Types

Cardiomyopathie ischémique
L’ischémie cardiaque est la forme cardiomyopathie la plus courante. Elle survient lorsqu’une artère menant au cœur se rétrécit ou se bloque pendant un court laps de temps, empêchant le sang riche en oxygène d’atteindre le cœur. La cardiomyopathie ischémique est la perte ou l’affaiblissement du tissu musculaire du cœur en raison de cette ischémie (qui provoque des douleurs thoraciques appelées angine) ou d’une ischémie silencieuse (qui n’occasionne aucune douleur). L’ischémie découle généralement d’une maladie coronarienne ou de crises cardiaques.

Cardiomyopathie dilatée (congestive)
C’est une autre forme de cardiomyopathie courante. Elle affecte les cavités cardiaques en affaiblissant leurs parois. Elle peut être causée par une infection virale du muscle cardiaque, ou une consommation excessive d’alcool, de cocaïne ou d’antidépresseurs. Quelquefois, elle peut être causée par une grossesse ou une affection du tissu conjonctif telle que la polyarthrite rhumatoïde. Mais dans la plupart des cas, la cause en est inconnue.

Cardiomyopathie hypertrophique
Cette maladie provoque l’épaississement des parois cardiaques, ce qui rend le pompage du sang plus difficile. L’une des formes de cette maladie provoque le gonflement de la paroi qui sépare les cavités inférieures du cœur (le septum) à un point tel qu’elle bloque le passage du sang. Il s’agit habituellement d’une maladie héréditaire, mais la cause en est parfois obscure. Elle peut survenir comme une anomalie congénitale, mais peut aussi affecter des gens de tous âges.

Cardiomyopathie restrictive
Cette forme de la maladie empêche le cœur de s’étirer convenablement, ce qui réduit la quantité de sang qui pénètre dans les cavités cardiaques. Ce type de cardiomyopathie est plutôt rare.

CVDA ou DVDA
La cardiomyopathie ventriculaire droite arythmogène (CVDA) ou dysplasie du ventriculaire droit arythmogène (DVDA) est un type rare de cardiomyopathie. Elle est la principale cause de mort subite chez les jeunes. Elle peut se développer en accéléré chez les personnes en bonne condition physique. Cependant, on la retrouve chez des personnes de tout âge et de tout niveau de conditionnement physique et bien souvent à leur insu, car elle ne provoque aucun symptôme évident. Il peut s’agir de palpitations, d’évanouissements, de douleurs thoraciques et d’un pouls rapide et irrégulier. En présence de C/DVDA, le muscle du ventricule droit développe des tissus gras fibreux qui gênent le rythme normal des battements du cœur. Cette condition est souvent causée par une mutation génétique. Consultez un médecin si vous ressentez un de ces symptômes, surtout si un membre de votre famille immédiate a reçu un diagnostic de C/DVDA.

Symptômes

Chez certaines personnes, aucun signe ou symptôme ne se manifeste lors des premiers stades de la maladie. Cependant, les symptômes apparaissent habituellement au fur et à mesure que celle-ci se développe, et sont souvent associés à l’insuffisance cardiaque.

Parmi les symptômes, on retrouve les suivants :

  • fatigue extrême;
  • essoufflement à l’effort (provoqué par l’accumulation de liquide dans les poumons);
  • réduction de l‘endurance physique;
  • arythmies;
  • la cardiomyopathie dilatée (congestive) peut occasionner l’enflure des jambes et de l’abdomen, des souffles cardiaques et la formation de caillots sanguins au cœur;
  • la cardiomyopathie hypertrophique peut entraîner des étourdissements, des évanouissements, des souffles cardiaques et des douleurs thoraciques (angine);
  • la cardiomyopathie restrictive peut entraîner l’enflure des mains et des pieds.

Si vous éprouvez un ou l’autre de ces symptômes, consultez votre médecin. Demandez de l’aide médicale sans tarder en cas de douleurs thoraciques ou de difficultés respiratoires.

Comment diagnostique-t-on la cardiomyopathie?

Pour diagnostiquer la cardiomyopathie, plusieurs tests peuvent s’avérer nécessaires. On peut avoir recours aux tests suivants pour établir un diagnostic ferme :

Angiographie
Analyses sanguines
Cathétérisme cardiaque
Radiographie pulmonaire
Échocardiogramme
Électrocardiogramme (ECG)
Échocardiographie transœsophagienne

Comment traite-t-on la cardiomyopathie?

Le médecin peut traiter votre cardiomyopathie en suggérant des modifications à votre mode de vie, la prise de médicaments ou une chirurgie.

Mode de vie
Il est possible de réduire vos risques de cardiopathies en connaissant et en maîtrisant votre pression artérielle, votre diabète et votre taux de cholestérol. Il importe aussi de mener une vie saine en évitant la fumée, en pratiquant des activités physiques, en adoptant une saine alimentation pauvre en lipides, spécialement en lipides saturés et en gras trans, en atteignant et en conservant un poids santé, en limitant sa consommation d’alcool et en réduisant son niveau de stress.

Médicaments
Si la cause sous-jacente de la cardiomyopathie est connue, elle doit être traitée sans délai à l’aide de médicaments, notamment :

Inhibiteurs de l’ECA 
Bêtabloquants 
Inhibiteurs des canaux calciques

Chirurgie
La chirurgie peut être envisageable selon le type de cardiomyopathie dont vous souffrez. Consultez votre médecin pour savoir si la chirurgie pourrait améliorer votre état de santé ou non. Une greffe cardiaque pourrait s’avérer nécessaire pour une petite proportion de patients souffrant de cardiomyopathie avancée.

Dernière revision en mars 2011.