Imprimer

Qu’est-ce que le syndrome de Kawasaki?

Le syndrome de Kawasaki est une maladie infantile qui, dans un pourcentage peu élevé de cas, touche le cœur et les artères coronaires. La plupart du temps, il affaiblit certaines parties des parois artérielles coronariennes, entraînant une distension appelée anévrisme. Des caillots sanguins peuvent se former dans les régions affaiblies et obstruer l’artère coronaire, provoquant une crise cardiaque. L’anévrisme peut aussi éclater, mais cela ne se produit que très rarement.

Parmi les autres modifications cardiaques, on retrouve l’inflammation du muscle cardiaque (myocardite) ou du sac entourant le cœur (péricardite). Des arythmies ou des troubles valvulaires peuvent aussi survenir. Dans la plupart des cas, tous les problèmes cardiaques associés au syndrome de Kawasaki se résorbent dans les cinq à six semaines, sans causer de dommages permanents. Chez certaines personnes, par contre, les lésions des artères coronaires sont permanentes.

Qui peut en être atteint?

La majorité des personnes atteintes du syndrome de Kawasaki sont âgées de moins de cinq ans. Les enfants de plus de huit ans en sont rarement affectés. Il est très rare que plus d’un enfant de la même famille soit atteint de ce syndrome, qui est deux fois plus courant chez les garçons, particulièrement ceux d’origine asiatique. Cependant, il peut se manifester chez tous les groupes raciaux et ethniques. Moins de 2 % des personnes qui en sont atteintes succombent à cette maladie.

Causes

Les médecins ignorent les causes du syndrome de Kawasaki; il ne semble ni héréditaire, ni contagieux. Certains chercheurs croient qu’il pourrait être attribuable à un virus.

Symptômes

Ce syndrome provoque de la fièvre, des éruptions cutanées, l’enflure des mains et des pieds, une irritation et une rougeur du blanc des yeux, une enflure des ganglions du cou, et une irritation de la bouche, des lèvres et de la gorge.

Diagnostic

Un examen médical est habituellement le meilleur moyen de diagnostiquer le syndrome de Kawasaki.

Traitement

Bien que ses causes demeurent inconnues, certains médicaments se sont montrés efficaces pour traiter le syndrome de Kawasaki. On a souvent recours à l’AAS (aspirine) pour réduire la fièvre, les éruptions cutanées, l’inflammation articulaire et la douleur, ainsi que pour prévenir la formation de caillots sanguins.

Lorsqu’elle est administrée dès l’apparition du syndrome, la gammaglobuline intraveineuse (des anticorps produits par le système immunitaire) peut diminuer le risque d’anomalies coronariennes.

Dernière revision en août 2009.