Imprimer

Chirurgie de pontage coronaire

En quoi consiste-t-elle?
La chirurgie de pontage coronarien est une intervention destinée à améliorer l’apport sanguin au muscle cardiaque. On l’appelle communément pontage coronarien ou greffe de pontage coronarien.

Pourquoi l’effectue-t-on?
Le pontage coronarien sert à régler les problèmes d’apport sanguin au muscle cardiaque provoqués par l’accumulation de plaque (athérosclérose) à l’intérieur des artères coronaires. Cette intervention implique l’utilisation d’un segment de vaisseau sanguin (artère ou veine) prélevé ailleurs dans l’organisme afin de créer un détour ou pontage destiné à contourner la section obstruée d’une artère coronaire.

Un autre choix de traitement s’appelle intervention cardiaque percutanée (aussi appelée angioplastie), une technique non-chirurgicale effectuée à l’aide d’un cathéter et de petites structures appelées tuteurs, destinées à maintenir les artères en position ouverte. Si on retrouve plus d’une occlusion, ou si ces occlusions se situent à des endroits difficiles à rejoindre avec le cathéter (p. ex., dans un « coude » du vaisseau sanguin), votre médecin pourrait suggérer le pontage comme solution.

En améliorant la circulation sanguine, le pontage peut réduire vos douleurs thoraciques (angine), vous faire sentir mieux et augmenter votre capacité de pratiquer des activités physiques.

Le pontage coronarien ne guérit pas de la maladie du cœur sous-jacente. Des changements dans votre mode de vie ainsi qu’une médication telle que prescrite par votre fournisseur de soins de santé sont critiques pour réduire l’athérosclérose et la formation de caillots sanguins et empêcher une éventuelle obstruction. 

Comment procède-t-on?
Un segment de vaisseau sanguin sain est prélevé dans le bras, la jambe ou le thorax du patient afin de servir de pontage. À moins que vous ne soyez traité à l’aide d’une nouvelle technique d’intervention (pontage minimalement invasif ou chirurgie sans machine cœur-poumon et sur cœur battant), le cœur est arrêté afin que les chirurgiens puissent l’opérer (une machine appelée machine cœur-poumon prendra la relève de votre cœur et de vos poumons pendant que les chirurgiens vous opéreront). Le segment de vaisseau sanguin sain est fixé en place en aval et en amont de l’artère obstruée. Lorsque le cœur est remis en marche, le sang passe par le pontage et contourne la section rétrécie de l’artère malade. Selon le nombre d’occlusions dont vous souffrez, plusieurs pontages peuvent être nécessaires.

Intervention sans machine cœur-poumon sur cœur battant
Cette intervention ressemble au pontage cardiaque, sauf que le cœur n’est pas arrêté et qu’on n’a pas recours à la machine cœur-poumon. À l’aide d’équipement spécial, on stabilise ou calme la région cardiaque et les chirurgiens opèrent le cœur pendant qu’il continue de battre.

À quoi faut-il vous attendre?
Habituellement, cette intervention est prévue d’avance. La plupart du temps, environ une semaine avant l’intervention, on vous demandera de vous rendre à l’hôpital. On y effectuera des analyses de sang et d’urine, un électrocardiogramme et des radiographies en préparation de votre intervention. Votre médecin vous expliquera les risques et les bienfaits de l’intervention et vous demandera de signer un formulaire de consentement. Informez votre médecin si vous :

  • avez déjà subi une réaction à un agent de contraste, à l’iode, ou si vous avez eu une réaction allergique sérieuse (p. ex., piqûre d’insecte ou fruits de mer);
  • souffrez d’asthme;
  • êtes allergique à un médicament;
  • souffrez de problèmes de saignements ou prenez des médicaments pour éclaircir le sang;
  • avez des antécédents de problèmes rénaux ou de diabète;
  • avez des perçages au thorax ou à l’abdomen;
  • avez connu récemment des changements dans votre état de santé; ou
  • êtes ou pourriez être enceinte.

Le pontage coronarien peut être effectué le jour de votre admission ou vous pouvez être admis la veille. Les poils de votre thorax seront rasés et on vous demandera de vous laver à l’aide d’une éponge enduite de savon antibactérien spécial destiné à désinfecter votre peau. Afin de réduire vos risques de vomissements, on vous demandera de ne rien manger ni boire après minuit la veille de l’intervention.

Le pontage est effectué sous anesthésie générale, donc vous dormirez tout au long de l’intervention et un peu après. Si vous fumez, vous devriez cesser au moins deux semaines avant l’intervention, car le tabagisme peut favoriser la formation de caillots sanguins et les problèmes respiratoires. Le tabagisme est un des principaux facteurs de risque associé au développement de l’athérosclérose et vous devriez cesser pour de bon.

Vous vous sentirez très somnolent à votre arrivée au bloc opératoire. L’anesthésiste vous insérera des tubes intraveineux et vous donnera des médicaments pour vous endormir. Une fois complètement endormi, tout l’équipement dont vous aurez besoin durant l’intervention et le début de votre réveil sera installé.

À moins que vous ne soyez traité par une intervention sans machine cœur-poumon ou minimalement invasive, votre cœur devra être arrêté afin que les chirurgiens puissent l’opérer. Pour s’assurer que votre organisme continue de recevoir du sang riche en oxygène, vous serez branché à une machine cœur-poumon. Cette machine remplace l’action de pompage du cœur et le travail des poumons.

L’intervention peut durer entre trois et six heures, selon le nombre de pontages à réaliser. À votre réveil, vous vous trouverez en salle de réveil ou à l’unité des soins intensifs (USI). Vous resterez sans doute à l’hôpital entre cinq et sept jours. La rapidité de votre convalescence dépendra en grande partie de votre état de santé avant l’intervention et de votre tolérance à l’intervention. Si vous avez subi une intervention minimalement invasive, votre séjour à l’hôpital pourrait être plus court et votre récupération plus rapide.

À votre retour à la maison, surveillez vos incisions. Il est normal d’y voir quelques ecchymoses, mais appelez votre médecin si vous ressentez une douleur accrue, des rougeurs, de l’enflure, des saignements ou tout autre écoulement provenant de l’incision, de la fièvre, des frissons, des problèmes respiratoires, de l’enflure aux jambes, des battements cardiaques irréguliers ou tout autre problème physique inhabituel.

Dernière révision en juin 2012.
Dernière modification en juillet 2012.