Imprimer

Faire pencher la balance du progrès : La Fondation des maladies du cœur du Canada publie de nouvelles données et recommandations sur le tabagisme et la prévention de l’obésité et des maladies

Faire pencher la balance du progrèsOttawa : Le 5 juin 2006

La Fondation des maladies du cœur publiait aujourd’hui de nouvelles projections concernant le tabagisme et l’obésité au Canada, de même que des recommandations à l’intention des gouvernements au sujet des politiques visant à réduire les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Ce rapport s’intitule Faire pencher la balance du progrès : les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux au Canada 2006.

Les faits saillants de ce rapport sont les suivants :

  • une réduction globale de 53 % du taux de mortalité cardiovasculaire ajusté en fonction de l’âge (entre 1979 et 2003)
  • de nouvelles projections sur les futurs taux de tabagisme et d’obésité – certaines tendances se maintiennent, d’autres pas
  • des lacunes importantes dans les données de santé canadiennes
  • des réductions significatives du taux de fumeurs, qui placent le Canada parmi les leaders mondiaux de la lutte antitabac
  • des augmentations alarmantes de l’embonpoint et de l’obésité, particulièrement chez les enfants
  • une prévalence beaucoup plus élevée de risques cardiovasculaires chez les moins bien nantis et chez les populations autochtones

« Nous avons certainement fait des progrès importants dans la lutte contre les maladies du cœur et les AVC, y compris les facteurs de risque comme le tabagisme. Nous avons certes remporté une bataille mais la guerre n’est pas finie; il faut donc éviter de baisser la garde », dit Dr Andreas Wielgosz, membre du conseil d’administration de la Fondation des maladies du cœur du Canada (FMCC) et rédacteur en chef de ce rapport. « Les maladies cardiovasculaires continuent d’être la principale cause de mortalité au Canada et le fardeau qu’elles imposent aux personnes, aux familles et au système de santé est énorme. »

Le rapport énonce des recommandations spécifiques de la FMCC en matière de politiques concernant trois domaines : la lutte antitabac, la prévention de l’obésité et des maladies chroniques, et l’élargissement de la base de données fondées sur les preuves.

« Par la publication de ce rapport, nous célébrons de manière opportune le 50e anniversaire de la Fondation, dit Sally Brown, première dirigeante de la FMCC. Ce geste démontre combien de chemin nous avons parcouru au cours de ce demi-siècle, mais nous rappelle également combien il reste à faire pour améliorer la santé des Canadiens et des Canadiennes. »

Bien que la Fondation ait déjà publié des rapports statistiques par le passé, ce document est le premier à combiner données et projections à des recommandations à l’intention des gouvernements.

« Nous croyons qu’il est important de boucler la boucle, c’est-à-dire de fournir ces renseignements aux décideurs tout en leur recommandant comment les utiliser, ainsi qu’en leur indiquant certains gestes à poser afin d’améliorer nos chances d’éliminer les maladies du cœur, les AVC et autres maladies », dit Dr Wielgosz.

Les recommandations spécifiques de la Fondation des maladies du cœur du Canada (FMCC) :

La lutte antitabac

La FMCC recommande aux gouvernements canadiens de poursuivre l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies antitabac intégrées, telles que :

  • l’interdiction totale de fumer au travail et dans les lieux publics;
  • l’augmentation des taxes sur les produits du tabac;
  • l’interdiction de la publicité et de la promotion des produits du tabac aux points de vente;
  • la suppression des mentions trompeuses sur les emballages, telles que « légères » et « douces ».

La prévention de l’obésité et des maladies chroniques

ECOLES : La FMCC recommande aux gouvernements et aux commissions scolaires :

  • d’exiger que les élèves du primaire et du secondaire pratiquent une heure d’activité physique encadrée par jour;
  • de retirer les produits alimentaires « mauvais pour la santé » des distributeurs automatiques dans les établissements scolaires;
  • d’accroître la disponibilité des aliments « santé » dans les écoles et plus particulièrement dans les cafétérias.

INCITATIFS FISCAUX : La FMCC recommande aux gouvernements :

  • de supprimer les taxes de vente sur les aliments servis dans les restaurants s’il s’agit d’aliments « santé »;
  • de supprimer les taxes de vente sur certains produits alimentaires « santé » vendus dans les magasins de détail, tels que l’eau en bouteille individuelle, les salades préemballées et les barquettes de fruits;
  • de taxer les produits alimentaires « mauvais pour la santé », mais uniquement si cette mesure est combinée à des incitatifs fiscaux;
  • de supprimer les taxes de vente sur les articles de sport et l’équipement récréatif, tels que les bicyclettes, les planches à roulettes, etc.;
  • d’offrir un allègement fiscal aux personnes qui utilisent les transports en commun;
  • de traiter les laissez-passer de transports en commun pris en charge par les employeurs comme des prestations non imposables;
  • de prendre des mesures fiscales qui encouragent la pratique d’une activité physique, notamment en octroyant des allègements fiscaux ou des crédits d’impôts à ceux qui s’inscrivent à une salle de conditionnement physique, à un cours de remise en forme, etc.

PRÉVENTION DES MALADIES CHRONIQUES : La FMCC recommande au gouvernement fédéral :

  • de mettre en place et financer justement une stratégie coordonnée afin d’atténuer les principaux facteurs de risque de maladie chronique.

DÉTERMINANTS SOCIAUX DE LA SANTÉ : La FMCC recommande aux gouvernements :

  • de s’attaquer aux facteurs socio-économiques, tels que la pauvreté, et aux autres déterminants de la santé qui exposent les collectivités à un risque élevé de maladie cardiovasculaire;
  • d’allouer au moins 7 % des fonds consacrés à l’infrastructure de transport à la construction d’aménagements collectifs encourageant le recours à des modes de transport actifs, tels que les pistes cyclables, les voies piétonnes et les trottoirs;
  • de faire en sorte que l’infrastructure sociale favorise l’activité physique, notamment en incluant les parcs, les centres communautaires et récréatifs dans le programme de transfert des fonds de la taxe sur l’essence;
  • d’accroître les investissements qui encouragent l’activité physique, dans l’infrastructure et les transports en commun;
  • d’encourager les aménagements à usage mixte, qui permettent aux personnes d’accéder aux magasins et aux services de leur quartier à pied ou à bicyclette.

ÉLARGISSEMENT DE LA BASE DE DONNÉES FONDÉES SUR LES PREUVES : La FMCC recommande au gouvernement fédéral :

  • d’élaborer un système intégré de surveillance à long terme des maladies non transmissibles, qui englobe les maladies cardiovasculaires;
  • de réaliser l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé à intervalles réguliers de manière à dégager des tendances reposant sur des mesures physiques;
  • de travailler avec la FMCC et l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) à l’élaboration d’un registre national des arrêts cardiaques;
  • d’investir dans une étude de cohorte longitudinale menée à vie chez des sujets canadiens appartenant notamment à une cohorte de naissance et à une cohorte vieillissante;
  • de réduire le délai entre la collecte de données sur le fardeau économique de la maladie et leur divulgation à un maximum de deux ans; de répartir les données relatives au fardeau économique en sous-catégories correspondant à des maladies cardiovasculaires spécifiques et selon les principaux facteurs de risque cardiovasculaire; d’affiner les méthodes de calcul du coût associé au fardeau économique de manière à minimiser les coûts indéterminés;
  • de chapeauter la mise en place d’un système de surveillance plus efficace des soins primaires et hospitaliers reçus par les patients atteints de maladies cardiovasculaires de manière à suivre ces derniers d’une province à l’autre et à rendre les données ainsi recueillies accessibles de façon systématique, en collaboration avec l’ICIS et les provinces.

« Nous pouvons faire beaucoup dans certains domaines critiques, comme protéger la santé de nos enfants et collaborer avec les collectivités où le fardeau des maladies du cœur et des AVC, ainsi que des maladies connexes, est le plus élevé », dit Dr George Honos, cardiologue et porte parole de la Fondation. La Fondation a élaboré cette liste de recommandations afin d’encourager les décideurs à agir dès maintenant dans le but de préserver nos acquis en matière de santé et d’éviter les problèmes à venir. »

La Fondation des maladies du cœur du Canada remercie de leur appui Santé Canada, l’Agence de santé publique du Canada, Statistique Canada et l’Institut canadien d’information sur la santé, pour la production de ce rapport. Les recommandations destinées aux politiques mentionnées ci-haut sont uniquement celles de la Fondation des maladies du cœur du Canada et ne doivent pas être attribuées à ces autres agences.

Le rapport est disponible ici.

Renseignements :

Jane-Diane Fraser
613.569.4361, poste 273
jfraser@hsf.ca

Isabelle Marquis
514. 871.8038, poste 232
isabelle.marquis@fmcoeur.qc.ca