Imprimer

Dépression et les séquelles mentales

Puisqu’un accident vasculaire cérébral (AVC) affecte le cerveau, toutes ses fonctions, que ce soit la mémoire ou la santé mentale, peuvent en être affectées.

Humeur et dépression

Plusieurs survivants d’AVC ressentent de la peur, de l’anxiété, de la frustration, de la tristesse et un sentiment de deuil envers leurs pertes de capacité mentale et physique. Ces sentiments sont une réaction naturelle aux séquelles d’un AVC. Certains dérangements émotifs et changements de personnalité sont aussi provoqués par les séquelles physiques des dommages au cerveau. Ces sentiments peuvent être ou non de la dépression.

La dépression est un sens de désespoir qui nuit au fonctionnement d’une personne. Elle est fréquente chez les patients d’AVC. Les aidants qui font face à de nouvelles responsabilités et à des rôles nouveaux risquent eux aussi de devenir dépressifs. La dépression peut être traitée et plus vite elle l’est, mieux ça vaut. Il est donc important d’en reconnaître les signes et d’agir rapidement.

Les 10 signes avant-coureurs de la dépression :

  1. Sentiments de tristesse, d’anxiété, d’irritabilité, d’agitation, de culpabilité, d’inutilité et de désespoir
  2. Modification des habitudes de sommeil (difficulté à dormir ou somnolence plus importante que d’habitude)
  3. Modification de l’appétit, gain ou perte de poids involontaire
  4. Perte d’intérêt dans des activités qu’on apprécie habituellement
  5. Agitation ou comportement agité
  6. Maux de tête persistants ou récurrents, douleur chronique ou problèmes digestifs (maux d’estomac, nausée, constipation ou diarrhée)
  7. Difficulté à se concentrer, à se souvenir ou à prendre des décisions 
  8. Fatigue ou perte d’énergie
  9. Changements dans le style de travail ou la productivité
  10. Pensées suicidaires ou morbides

Si vous éprouvez deux ou plus de ces symptômes pendant plus de deux semaines, discutez-en votre médecin. Le traitement peut comprendre la rencontre avec un professionnel de la santé mentale comme un travailleur social, la prise de médicaments antidépresseurs, ou les deux.

Si vous éprouvez des pensées suicidaires, demandez immédiatement l’aide d’un professionnel.

L’évaluation de vos capacités

Votre médecin doit pouvoir distinguer la tristesse que vous ressentez au sujet de votre AVC et ses effets sur votre vie et votre dépression. Il vous posera des questions sur votre humeur et comment vous vous débrouillez. Le médecin vous fera peut-être passer un examen médical afin d’éliminer les autres causes possibles.

Conseils pratiques 

  • Respectez votre plan de traitement. Ne sautez pas de sessions, même si vous n’avez pas envie d’y aller.
  • Prenez vos médicaments tels que prescrits.
  • Renseignez-vous sur la dépression. En savoir plus peut vous motiver à respecter votre plan de traitement.
  • Surveillez attentivement les signes avant-coureurs. Informez le médecin si les symptômes se manifestent de nouveau. Demandez à des membres de votre famille de les surveiller eux aussi.
  • Soyez actif. L’activité physique peut réduire les symptômes.
  • Trouvez une personne à qui parler de ce que vous ressentez, que ce soit un professionnel de la santé, un(e) bon(ne) ami(e) ou une personne de votre communauté religieuse. 
  • Impliquez-vous. Pratiquez les activités qui vous font du bien, comme visiter vos petits-enfants, jardiner ou faire du bénévolat.
  • Évitez l’alcool, car il aggrave les symptômes de dépression.

Qui peut vous aider?

Votre médecin ou psychologue joue un rôle essentiel dans le diagnostic et le traitement de la dépression. Votre famille et vos amis peuvent vous aider en vous appuyant au besoin.

S’agit-il d’un coup de cafard ou d’une dépression clinique? Plus d’information sur les émotions après un AVC.

StrokEngine offre des renseignements sur la réadaptation et les interventions en matière d’AVC à partir d’articles, de sites Web et d’études systématiques de qualité. Visitez le site de StrokEngine afin de vous renseigner sur la dépression.

Mémoire et pensée

Un AVC, qu’il soit sévère ou léger, peut affecter votre capacité d’apprendre et de vous souvenir. Voici quelques façons dont les pertes de mémoire peuvent affecter votre vie.

Apprendre et retenir de nouvelles informations
Vous pouvez être capable de vous rappeler des choses survenues avant l’AVC, mais avoir de la difficulté à apprendre ou à retenir toute information nouvelle. Par exemple, vous pourriez vous rappeler comment jouer au bridge, mais être incapable d’apprendre un nouveau jeu comme la canasta.

  • Appliquer les renseignements à de nouvelles fins
    Par exemple, vous pouvez apprendre à vous déplacer d’un fauteuil roulant au lit à l’hôpital, mais être incapable de le faire à la maison.
  • Avoir besoin de rappels
    Par exemple, vous pouvez oublier de vous brosser les dents à moins que quelqu’un vous dise de le faire.
  • Se sentir confus ou perdu
    Vous pouvez vous perdre même dans un endroit que vous connaissez bien. Vous pouvez perdre le sens de l’heure ou de la date.
  • Résolution de problèmes
    Résoudre un problème demande de la mémoire, de la planification et la capacité de prendre des décisions. Si l’AVC a affecté des parties de votre cerveau qui contrôlent ces capacités, vous pourriez éprouver de la difficulté à résoudre des problèmes. 
     
  • Délai d’attention
    Vous pouvez éprouver de la difficulté à garder votre attention sur l’information que vous désirez vous rappeler, utiliser ou modifier.

L’évaluation de vos capacités

Votre équipe de soins de santé vous posera des questions afin de les aider à découvrir de quelle façon l’AVC a affecté des parties de votre processus de réflexion et votre mémoire. Par exemple, ils pourraient vous demander la date du jour. Ou encore, de vous rappeler de trois mots que vous devrez répéter quelques minutes plus tard. Votre médecin examinera l’évaluation et décidera de la cause de votre problème.

Les problèmes de mémoire peuvent être causés par plusieurs facteurs autres que l’AVC. Certains peuvent être traités. Par exemple, la dépression ou une mauvaise alimentation peuvent affecter votre mémoire. Faire traiter votre dépression ou modifier votre alimentation peut aider à améliorer votre mémoire.

Conseils pratiques

  • Évitez de trop vous presser. Prenez une pause et réfléchissez avant d’entreprendre une nouvelle tâche.
  • Développez une routine où vous saurez ce qui va survenir et ce à quoi vous attendre.
  • Concentrez-vous sur une seule chose à la fois.
  • Éliminez toutes les distractions comme la télé ou la radio, lorsque vous devez vous concentrer.
  • Conservez un journal ou une liste de choses importantes. Vous pourriez conserver une liste de vos amis avec leur nom et leur photo. 
  • Décomposez les tâches en petites étapes et terminez-les une étape à la fois.
  • Soyez patient avec vous-même. La colère et la frustration ne feront que compliquer vos problèmes de mémoire.
  • Permettez à votre famille, à vos amis et à vos personnes soignantes de vous aider.
  • Demandez aux personnes de décomposer le message en plus petites parties lorsqu’elles vous parlent.
  • Ne soyez pas gêné de demander aux gens de répéter.
  • Évaluez comment vos problèmes de mémoire peuvent affecter votre sécurité à la maison. Doit-on vous rappeler d’éteindre la cuisinière ou de verrouiller la porte?
  • Trouvez des moyens de vous rappeler de prendre vos médicaments.

Qui peut vous aider?

Votre équipe de soins de santé évaluera votre mémoire et votre capacité de résolution de problèmes. Ils tenteront ensuite de vous aider à vous adapter à ce défi.

Compréhension de l’information sensorielle

L’information sensorielle représente tout ce que vos sens vous indiquent. Les sens sont la vue, l’ouïe, le toucher, le goût et l’odorat. Un AVC peut affecter la façon dont vous traitez ce que vos sens vous indiquent. Ça signifie que vous pourriez avoir de la difficulté à comprendre ce qui se passe autour de vous dans votre environnement.

Voici quelques façons dont un AVC peut affecter vos sens :

« Négligence » d’un côté du corps
Vous pourriez être moins conscient du côté du corps affecté par l’AVC, ce qui s’appelle « négligence unilatérale ». Par exemple, les personnes atteintes de dommages au côté droit du cerveau peuvent ignorer le côté gauche de leur corps, ce qui peut leur faire oublier de vêtir leur côté gauche, ou laisser pendre leur bras gauche en fauteuil roulant.

Apraxie
L’apraxie signifie que vous trouvez difficile de faire quelque chose dans un but précis même si vous en avez la capacité physique et que vous savez comment effectuer cette tâche. Par exemple, vous pourriez ne pas être capable de vous vêtir convenablement.

Perception des relations spatiales, de la profondeur et de la distance
C’est votre façon de percevoir les objets les uns par rapport aux autres dans votre environnement. Par exemple, vous pouvez avoir de la difficulté à évaluer la hauteur des marches ou trébucher sur un pavé inégal. En passant du lit au fauteuil roulant, vous pourriez vous déplacer vers le côté affecté par l’AVC. Une perception faussée peut vous faire frapper certains objets, vous asseoir à côté de la chaise visée ou trébucher sur les tapis.

Persévération (répétition)
C’est la répétition incontrôlable d’un mot, d’une phrase ou d’un geste qui vous rend incapable de passer à l’activité ou à la pensée suivante. Parmi les exemples, on retrouve se laver le visage à plusieurs reprises ou répéter le même mot plusieurs fois.

Impulsivité
Agir trop rapidement sans réfléchir. Après un AVC, vous pourriez poser des gestes dangereux ou agir selon des désirs soudains. Par exemple, vous pourriez vous lever rapidement du fauteuil roulant sans avoir appliqué le frein.

Conscience du temps
Certains patients d’AVC ne reconnaissent ni ne comprennent le passage du temps. Par exemple, ils peuvent demander à manger 30 minutes après être sortis de table.

Troubles de la vue
Ces problèmes peuvent aller de la vision double à la perte partielle de la vue dans un œil ou les deux. Un autre type de problème de vision est la négligence visuelle. Elle survient lorsque vous êtes moins conscient de votre environnement du côté affecté par l’AVC. Par exemple, vous pourriez ne voir qu’une moitié de l’horloge.

L’évaluation de vos capacités 

Divers membres de votre équipe de traitement examineront le type et l’étendue de votre problème. Par exemple, un optométriste évaluera vos problèmes de vue. Un ergothérapeute évaluera le type de négligence.

De quelle façon les personnes soignantes peuvent-ils vous soigner?

Vous pourriez ne pas toujours être conscient de ces problèmes. C’est pourquoi il est important que vos personnes soignantes utilisent une stratégie commune afin de vous aider. Voici quelques stratégies pour chacun des problèmes décrits :

« Négligence » d’un côté du corps

Discutez avec votre équipe de soins de santé des façons dont vous pourriez continuer d’utiliser votre membre affecté dans vos tâches quotidiennes. Vous pourriez demander à votre personne soignante de :

  • Placer le bras affecté à un endroit où vous pouvez toujours le voir.
  • Doucement stimuler le bras affecté afin d’augmenter votre conscience de sa présence.
  • Vous encourager lorsque vous déplacez le membre affecté.

StrokEngine offre des renseignements sur la réadaptation et les interventions en matière d’AVC à partir d’articles, de sites Web et d’études systématiques de qualité. Visitez le site de StrokEngine afin de vous renseigner sur les interventions contre la négligence spatiale unilatérale.

Apraxie

Consultez votre équipe de soins de santé au sujet de la meilleure stratégie pour vous faire effectuer des tâches que vous savez accomplir : signaux physiques, verbaux ou démonstration.

  • Demandez à votre personne soignante d’utiliser des directives simples et courtes et de décomposer la tâche en diverses étapes simples, comme par exemple, vous brosser les dents.
  • Demander aux personnes soignantes de placer leur main sur la vôtre afin de vous guider dans cette tâche.
  • Demander aux personnes soignantes de vous encourager à répéter et à pratiquer cette tâche.

Perception des relations spatiales, de la profondeur et de la distance

Consultez votre équipe de soins de santé au sujet des meilleurs appareils d’aide, comme du ruban fluorescent pour les arêtes des marches ou le bord de la baignoire, ou encore un gobelet à l’épreuve du renversement.

  • Demandez aux personnes soignantes de vous encourager à répéter et à pratiquer l’utilisation d’un gobelet à l’épreuve du renversement, par exemple.
  • Assurez-vous que votre environnement soit libre de tout encombrement.

Persévérance

Consultez l’équipe de soins de santé au sujet de la meilleure stratégie pour vos personnes soignantes afin de réduire vos gestes ou paroles répétitives.

  • Aider le survivant à planifier les tâches.
  • Donner des directives claires, par étape.
  • Aider le survivant à s’arrêter après chaque étape afin de pouvoir entreprendre l’étape suivante.
  • Lors des tâches, guider avec la main et des signaux visuels.
  • Accorder au survivant le temps de pratiquer les séquences.
  • Lorsque le survivant répète une phrase ou un mot, changer la conversation ou le sujet afin de rediriger ses pensées.

Impulsivité

Consultez l’équipe de soins de santé afin de connaître les façons dont vos personnes soignantes peuvent assurer votre sécurité dans votre environnement :

  • Vous encourager à ralentir.
  • Décomposer chaque tâche en petites étapes
  • Vous indiquer quand effectuer ou cesser une tâche spécifique.
  • Vous donner des directives claires et spécifiques.
  • Organiser votre milieu de vie de sorte qu’il soit le plus sécuritaire possible.

Conscience du temps

Consultez votre équipe de soins de santé au sujet des façons de vous aider à prendre conscience du temps en demandant à vos personnes soignantes de :

  • Relier les événements entre eux plutôt qu’au temps. Par exemple, « le bingo est après le dîner » plutôt que « le bingo est une heure après le lunch ».
  • Créer un horaire de la journée et le réviser plusieurs fois.
  • Respecter l’horaire établi.
  • Utiliser une horloge numérique ou parlante.
  • Reconnaître la façon dont vous percevez le temps, mais aussi clarifier la réalité.

Troubles de la vue

Consultez votre équipe de soins de santé au sujet des meilleures pratiques que vos personnes soignantes puissent adopter en fonction de l’évaluation de votre problème spécifique.

  • Si vous faites de la négligence visuelle :
    • Organiser votre environnement afin de stimuler votre côté atteint.
    • Vous approcher par le côté non affecté.
    • Utiliser des signaux visuels comme du ruban coloré ou une lumière clignotante.
    • Vous encourager à utiliser un point de référence ou d’ancrage du côté affecté, comme une ligne rouge placée au bout de la table.
    • Vous suggérer d’examiner votre environnement à la façon d’un phare, en balayant du regard l’environnement d’un côté à l’autre.
  • En cas de problèmes de champ visuel :
    • Vous encourager à tourner votre tête vers le côté affecté.
    • Placer des objets du côté non affecté afin de stimuler votre perception de cet espace visuel.
  • Recommander l’utilisation d’un cache-œil ou de verres à prisme, au besoin.

Qui peut vous aider?

Les ergothérapeutes sont les spécialistes de l’équipe de soins de santé capable d’évaluer les problèmes sensoriels. Comme pour les soins d’AVC, toute l’équipe de soins de santé vous aidera.

La Fondation des maladies du cœur offre des connaissances et des habiletés pratiques afin d’aider à prendre soin des survivants d’AVC. Conseils et outils pour la vie quotidienne : Un guide pour les personnes soignant les victimes d’un AVC est conçu à l’intention des professionnels de la santé et sert aussi de référence utile aux aidants. Renseignez-vous sur ce guide.

La Fondation des maladies du cœur offre le programme La vie après un AVC à l’intention des survivants qui ont complété leur réadaptation active et qui vivent dans la collectivité. Ce programme porte sur le développement de compétences, le partage d’expériences et le soutien mutuel. Trouvez un programme La vie après un AVC près de chez vous.

Dernière révision en novembre 2010.

Modifié pour la dernière fois en janvier 2011