Imprimer

Les relations

Un accident vasculaire cérébral (AVC) affecte non seulement le patient, mais sa famille et ses amis également. Les modifications de la capacité peuvent changer votre façon d’interagir avec vos proches. Parmi ces changements, on retrouve : 

Les réactions émotives à un AVC

Après un AVC, les changements de rôles et de responsabilités peuvent faire en sorte que vous, votre conjoint ou d’autres membres de votre famille ressentent des émotions qui les rendent mal à l’aise.

Cette liste comprend certaines émotions et certains sentiments que vous et vos proches pourriez ressentir après un AVC et ce sont tous des réactions naturelles. Discutez de vos émotions avec une personne avec laquelle vous vous sentez à l’aise. Si certaines de vos émotions deviennent trop fortes, consultez un médecin ou votre équipe de soins de santé.

Colère : Un sentiment de colère envers l’AVC. Vous pourriez vous demander : « Pourquoi ça m’arrive à moi? » ou « Qu’ai-je donc fait pour mériter ça? »

Anxiété : Inquiétude au sujet de l’avenir et de l’étendue de votre récupération.

Gêne : Vous sentir maladroit et être gêné d’avoir perdu certaines de vos habiletés.

Frustration : Perdre patience avec vous-même puisque vous n’arrivez pas à faire ce que vous aviez l’habitude de faire.

Deuil et perte : Vous pourriez ressentir un profond sentiment de perte au sujet d’une capacité, ou de deuil face à l’avenir que vous envisagiez.

Culpabilité : Vous pourriez vous sentir coupable des changements que votre AVC impose à votre famille et d’avoir besoin de plus de soutien. Parfois, l’AVC apporte un sentiment de culpabilité au sujet d’événements qui se sont déroulés autrefois.

Solitude : Sensation d’isolement et impression que personne ne comprend ce que vous vivez.

Tristesse : Tristesse face aux pertes et aux changements.

 

Conseils pratiques

Trouvez du soutien

Chaque personne trouve le soutien dont elle a besoin de diverses façons. C’est la raison pour laquelle vous pourriez vouloir développer votre propre plan de soutien qui convient le mieux à vos besoins. Voici quelques possibilités :

Soutien individuel : Trouvez quelqu’un à qui parler de vos sentiments. Il peut s’agir d’un membre de votre famille ou d’un ami, d’un chef religieux ou d’un conseiller professionnel.

Groupe ou réseau de soutien : C’est un groupe de personnes ayant vécu des situations comparables, qui se rassemblent afin de discuter de leurs émotions et de leur vécu, en personne ou en ligne. Ils partagent aussi des conseils pour le quotidien.

Sessions éducatives : Participer à des ateliers tels que le programme La vie après un AVCMC de la Fondation des maladies du cœur vous permettra d’augmenter vos connaissances et vous aidera à apprendre des conseils pratiques pour faire face aux défis de tous les jours. Pendant cet atelier, vous aurez l’occasion de rencontrer d’autres personnes ayant subi un AVC.

Qui peut vous aider?

Partagez vos émotions et vos expériences avec l’équipe de soins de santé. Ils peuvent vous donner du soutien, de la compréhension et des encouragements. Ils peuvent aussi vous guider vers les ressources dont vous avez besoin. Les travailleurs sociaux jouent aussi un rôle essentiel dans ce domaine de soutien.

L’intimité sexuelle

Si vous appréciez les rapports sexuels avant votre AVC, il est vraisemblable que vous y serez intéressé par la suite. Les changements physiques peuvent par contre interférer avec votre vie sexuelle. Vous pourriez avoir perdu la sensibilité d’un côté du corps ou vous pourriez avoir de la difficulté à communiquer avec votre partenaire. Certains hommes ont de la difficulté à obtenir une érection ou à éjaculer. Les femmes peuvent perdre une partie de la sensibilité et de la lubrification vaginale. Les médicaments comme les calmants, les antihypertenseurs et les somnifères peuvent aussi réduire vos capacités et votre désir sexuel.

Nerveux de reprendre vos rapports sexuels?

L’anxiété au sujet des rapports sexuels après un AVC est une chose normale. La sexualité est étroitement reliée à l’image de soi. Si votre AVC a modifié votre apparence, vous pourriez vous demander si votre partenaire est toujours attiré par vous. Vous pourriez aussi être dépressif et ne pas être intéressé à donner ni à recevoir de l’attention. Tous ces éléments peuvent entraîner de l’anxiété et faire en sorte que vous voudrez éviter les relations intimes. Le problème, c’est que retarder les rapports intimes ne fait qu’augmenter l’anxiété.

Vous pourriez devoir faire quelques changements afin de revenir à une vie sexuelle satisfaisante. Vous et votre partenaire devrez vous ajuster aux changements survenus dans votre corps. Accepter ces changements peut prendre du temps, des efforts et une communication ouverte. Si vous ne vous sentez pas à l’aise de discuter ensemble de vos sentiments sexuels, demandez à votre médecin de vous référer à un professionnel qualifié. Votre travailleur social ou votre professionnel de la santé mentale peut être en mesure de vous aider.

Ne vous inquiétez pas de subir un nouvel AVC au cours des relations. L’activité sexuelle augmente la pression artérielle, mais pas plus que monter un court palier de marches.

Conseils pour reprendre votre vie sexuelle

Préparez votre retour 

  • Continuez de vous sentir aussi attirant que possible en prenant soin de vous et de votre hygiène personnelle.
  • Planifiez d’avance vos rapports sexuels. Choisissez des moments où vous êtes tous deux reposés et ne serez pas dérangés. Réservez suffisamment de temps. Ainsi, si votre réponse sexuelle est au ralenti, vous aurez quand même suffisamment de temps pour faire l’amour.
  • Essayez de vous détendre ensemble avant de débuter, soit avec un massage, de la musique ou un bain.
  • Videz votre vessie avant les relations et limitez votre consommation de liquides comme l’eau, le café et les jus deux heures avant les rapports.

Essayez de nouvelles choses 

  • Faites l’expérience de nouvelles façons d’avoir des relations sexuelles si vous êtes paralysé ou si vous avez perdu de la sensation. Ces ajustements ne sont pas toujours faciles, mais il est important de rendre votre activité sexuelle le plus facile et confortable que possible.
  • Utilisez un lubrifiant à base d’eau si vous souffrez de sécheresse vaginale (évitez la gelée de pétrole, car elle ne se dissout pas dans l’eau et peut provoquer des infections vaginales).
  • Certains couples aiment partager des livres ou des films érotiques. Discutez avec votre partenaire de l’utilité d’une telle chose.

Autres marques d’affection

Pas besoin d’avoir des rapports sexuels pour démontrer votre amour à votre partenaire. Les câlins, les baisers, les caresses, les massages et les touchers sont tous des marques d’affection et d’amour. Découvrez des façons différentes de vous faire plaisir.

L’effet des médicaments sur le désir sexuel  

  • Certains médicaments qui peuvent être prescrits aux survivants d’AVC, comme des antihypertenseurs ou des antidépresseurs, peuvent affecter la capacité sexuelle. Parlez-en avec votre médecin, mais ne cessez jamais de prendre vos médicaments sans d’abord consulter votre médecin.  
  • Si vous désirez essayer des remèdes à base de plantes médicinales qui prétendent stimuler le désir et la fonction sexuels, consultez d’abord votre médecin ou votre pharmacien. Plusieurs remèdes à base de plantes médicinales interagissent avec les médicaments prescrits aux patients d’AVC.

Qui peut vous aider?

Partagez vos émotions et vos préoccupations avec les membres de l’équipe de soins. Ils peuvent vous offrir du soutien, de la compréhension et de l’encouragement. Ils peuvent aussi vous guider vers les ressources dont vous avez besoin. Votre médecin ou votre travailleur social joue un rôle essentiel dans ce domaine de soutien.

StrokEngine offre des renseignements sur la réadaptation et les interventions en matière d’AVC à partir d’articles, de sites Web et d’études systématiques de qualité. Visitez StrokEngine afin de vous renseigner sur la sexualité.

La Fondation des maladies du cœur offre des connaissances et des habiletés pratiques afin d’aider à prendre soin des survivants d’AVC. Conseils et outils pour la vie quotidienne : Un guide pour les personnes soignant les victimes d’un AVC est conçu à l’intention des professionnels de la santé et sert aussi de référence utile aux aidants. Renseignez-vous sur ce guide.

La Fondation des maladies du cœur offre le programme La vie après un AVC à l’intention des survivants qui ont complété leur réadaptation active et qui vivent dans la collectivité. Ce programme porte sur le développement de compétences, le partage d’expériences et le soutien mutuel. Trouvez un programme La vie après un AVC près de chez vous.

Dernière révision en novembre 2010.